Ordi-Senior
Pour les... juniors en informatique personnelle !


Activité : La vidéo



Aujourd'hui, tout le monde peut faire de la vidéo !

Téléphone portable, appareil photo, caméscope, webcam sont autant de moyens de filmer, filmer ce que l'on veut, où on le veut !

Et ensuite, on peut, grâce à notre ordinateur, faire du montage, sonoriser un film, graver des DVD, diffuser sur Internet ...

 Page mise à jour le


Évolution de la vidéo



Jadis analogique 1, la vidéo est devenue numérique 2 (ou digitale, synonyme), ce qui rend possible son traitement par ordinateur.


        Du temps des caméscopes de première génération, à bandes (VHS ou BETA-MAX), il fallait du matériel professionnel (banc de montage) et pas moins de trois magnétoscopes pour pouvoir assembler des scènes (monter), et aussi un magnétophone synchronisé pour ajouter musique et commentaires... Nous étions loin du budget d'un amateur !

☆ Le format numérique simplifie tout cela ; avec un simple PC, on peut faire tout cela dans son salon !

Remarques

Seuls problèmes :
  1. Le volume des fichiers vidéos sur notre machine ! On peut en effet atteindre un taux d'occupation du disque de l'ordre de 1Go par minute de vidéo !
  2. Il faut disposer d'une machine suffisamment puissante si l'on veut notamment utiliser des effets spéciaux et pouvoir les voir de manière fluide et agréable !

Ce que l'on peut faire (avec un logiciel spécialisé)

Lorsqu'on filme en amateur, on a tendance à filmer des scènes trop courtes ou exagérément longues. Notre cadrage laisse parfois à désirer, et même, il nous arrive de continuer à filmer, alors que nous pensions avoir stoppé notre caméra !

Il faut donc arranger un peu tout cela !


Découpage

        L'idée générale est de faire, à partir de nos prises de vues, des séquences "propres", cohérentes et en ordre, lesquelles serviront ensuite à construire notre film final.

Dans cette étape, on utilisera la fonction "Couper" ou "Découper".


Image : Découpe de séquences vidéo
Découpe de séquences



Dans cet exemple, la séquence totale a été raccourcie, par le début et par la fin.

Le logiciel de montage ne génère pas de nouveaux fichiers ; il se contente de "marquer" les repères début et fin.


Les images de début et fin sont affichées à droite ; on peut régler à l'image près le point de découpe.

De 11,544 secondes, cette séquence a été réduite à 6,812 secondes sur cet exemple.



        Le découpage permet de supprimer les images inutiles, parce que :
  • ratées : mauvais cadrage, manque de netteté, démarrage de la prise de vue trop anticipé, etc.
  • trop longues : souvent, on s'attarde trop longtemps sur un point fixe (visage, paysage...)
  • parasitées : un personnage s'est invité involontairement dans la prise de vue.
        Nous pouvons revenir autant de fois que nécessaire sur cette partie du travail, jusqu'à obtention du résultat voulu.

Montage

        Une fois que les séquences (ou clips) sont nettoyées, on peut passer à l'étape suivante, c'est à dire mettre en suite logique nos séquences. Pour ce faire, on dispose en général d'une table de montage séquentiel comme ci dessous :


Image : Table de montage
Table de montage


        Les séquences sont déposées ici, l'une après l'autre. L'échelle de temps au dessus indique la durée totale du projet. Si une séquence doit être déplacée, il suffit de cliquer sur celle-ci, de la tenir puis de la déposer à l'endroit voulu.

        Certains logiciels offrent aussi une vue façon script de film. C'est intéressant si on se donne la peine de donner des noms précis aux différentes séquences. On a ainsi un résumé du film dans son entier.


Image : storyboard de film
Vue façon storyboard

Transitions

        En l'absence de transition, le montage se fait par enchaînement direct de la dernière image de la séquence en cours à la première de la séquence suivante. C'est brutal, mais cela ne choque pas pour autant selon le contexte. Dans ce que nous regardons régulièrement, les scènes de dialogue en face à face sont montées ainsi ; il n'y a pas lieu de procéder autrement.

        Une transition sera par contre utile pour faire le passage entre deux scènes distinctes, comme par exemple entre des images de journées différentes prises lors de vacances par exemple, pour bien montrer le changement de jour. Le numérique permet de nombreuses transitions, comme ci-dessous :

Image : Exemples de transitions vidéo, numériques
Exemples de transitions vidéo


        Ne pas abuser des transitions ! Cela lasse rapidement les spectateurs !

Il faut penser également que les transitions prennent leurs durées à cheval sur la séquence et celle qui suit. Dans le cas de transitions un peu longues (elles sont réglables en durée, bien sûr), il faudra peut-être revoir le découpage des séquences concernées.

Effets spéciaux

        Alors que les transitions n'interviennent qu'entre deux séquences, les effets spéciaux s'appliquent aux séquences elles-mêmes. Ici aussi, il convient de ne pas utiliser à outrance ces effets spéciaux ; il faut faire preuve de goût et d'à propos ! Voyons quelques exemples :


Image : Exemples d'effets spéciaux vidéo, numériques
Exemples d'effets spéciaux vidéo


        Les effets spéciaux... c'est... spécial ! Il ne s'agit pas de coloriser en sépia par exemple, une très belle séquence de paysage aux couleurs étonnantes et éclatantes! Par contre, cet effet peut-être utilisé à bon escient par exemple pour insérer des images anciennes (récupérées d'un vieux film noir et blanc).

Superposition, incrustation

        La superposition consiste à insérer une séquence dans la séquence principale. L'image superposée peut être fixe quant à son emplacement, mais elle peut aussi se déplacer suivant un mouvement prédéfini. Il s'agit ici de techniques évoluées, qui demandent du temps, de la réflexion mais aussi de la patience, car les phases de visualisation seront en général lentes à l'affichage, sauf à posséder une machine vraiment rapide !


Image : Exemples de superposition d'images vidéo  numériques
Exemples de superposition d'images vidéo


        Sur cet exemple, l'image en haut à gauche est totalement opaque ; celle en bas à droite est bordée par un cadre fantaisie et est semi transparente. Il est possible de les faire se déplacer.


        L'inscrustation est une technique approchante (superposition d'images) mais une image va être découpée avant d'être superposée à l'image principale. Pour ce faire, il faut, dès la prise de vues, filmer l'objet ou le personnage sur un fond uni d'une couleur appelée clé chroma. De teinte bleue ou verte, ce fond va pouvoir être ensuite transformé en zone transparente lors de la superposition.

Ainsi, une personne filmée sur ce fond spécial pourra être artificiellement incrustée sur un fond d'images, permettant donc un trucage vidéo.


Image : Exemples d'incrustation d'images vidéo  numériques
Exemples d'incrustation d'images vidéo


        Sur cet exemple, l'image de gauche figure un personnage filmé sur fond vert, superposé au plan. Sur celle de droite l'incrustation a été activée : toute la couleur verte a été comme gommée, laissant le personnage seul. Avec du soin, de la patience, vous voilà prêt à réaliser de beaux trucages !

Titre et sous-titres

        Il est possible d'ajouter à notre montage en cours :

  • un titre principal : donner le thème général du film
  • des sous_titres : situer des épisodes/parties du film ou donner des indications de lieu, d'heure...
Les logiciels de montage offrent en général beaucoup de possibilités à ce sujet, pour :
  • personnaliser la forme du texte (police de caractères, taille, couleur, italique, gras, etc.)
  • personnaliser l'arrière plan des titres (opaque/transparent, couleur d'arrière-plan)
  • encadrer le texte (cadre simple ou fantaisie)
  • animer le texte (il se déplace sur l'écran).

Générique

        De même, il est possible de placer un générique (à la fin ou au début du film) pour citer les personnes impliquées dans le film, ou la période de tournage...

Musique

        Ensuite, nous pouvons ajouter à notre film une musique de fond !

Celle-ci viendra se combiner au son des séquences, et à tout moment, on peut régler les volumes respectifs du son ambiant et de la musique de fond. A vous de trouver la musique en rapport avec vos images !


        Certains logiciels proposent aussi des générateurs de musique ! On choisit une ambiance musicale et la musique s'adapte à la durée souhaitée. Bien entendu, dans ce cas, il faut envisager l'acquisition payante de bibliothèques de thèmes musicaux supplémentaires... Mais c'est une fonctionnalité intéressante, qui permet d'avoir une musique originale, d'excellente qualité, et qui prend fin de manière normale à la fin de la séquence avec musique.

Commentaire sonore

        On peut enfin, ajouter un commentaire sonore. Ceci nécessite de disposer d'un microphone sur son PC, et cela permet d’enregistrer ce qu'on appelle une voix "off", qui peut, ponctuellement ou pas, apporter au spectateur des informations additionnelles, des commentaires personnels... ou apporter un peu d'humour aussi !

Générer le film

        Satisfaits de notre travail - à sauvegarder régulièrement -, il ne nous reste plus qu'à créer ou générer le film définitif, car jusque là, nous n'avons fait que du travail lisible seulement dans notre logiciel de montage.

Générer le film va créer un fichier vidéo unique contenant tous les éléments que nous avons choisi de mettre, comme vus précédemment.

Pour ce faire, nous devrons choisir un format de sortie, lequel dépendra de ce que nous voulons faire avec le fichier vidéo que nous allons créer. Rappelons dès à présent que le projet de montage, qui est quant à lui enregistré, permettra d'y revenir et de créer autant de formats de fichiers de sortie que nous en avons le besoin.


        A cet instant, nous devons savoir ce que nous voulons faire de notre film dont nous sommes déjà si satisfait(e)s !

Parmi les principales options possibles :
créer un fichier disque
pour pouvoir le visionner à tout moment, meilleure qualité

créer un DVD
pour pouvoir le visionner sur votre lecteur de salon, le monter, le prêter ou donner, très bonne qualité

créer un film pour dispositifs portables
pour pouvoir le recopier sur votre téléphone portable par exemple, petit format

créer un film pour Internet
pour pouvoir le partager avec d'autres ou tout le monde, moyen format, qualité moyenne à faible pour pouvoir le diffuser facilement

Approche simple

        Utiliser les formats prédéfinis du logiciel !

Par exemple, si vous choisissez de créer un DVD ou Blue-Ray, sélectionnez ensuite l'option qui vous intéresse, selon la durée de votre film, en choisissant dans les options de type PAL (et non NTSC).

Approche plus avancée

        Si vous êtes à l'aide avec les formats de vidéos, vous pouvez personnaliser les options. Inutile par exemple d'avoir une très haute qualité sonore si votre film est muet, cela prend de la place pour rien ! Inutile aussi de choisir un format HD, si vos séquences ne sont pas en HD (haute définition).


        Ces choix faits, il suffit alors de cliquer sur le bouton Créer ou Générer ou Enregistrer (selon le logiciel) pour créer le fil définitif. En fonction de la durée, du format, des effets, etc. la génération pourra prendre un certain temps, fonction aussi de la puissance de votre machine.

Cette opération terminée, vous pourrez alors visualiser le film fini !

Les logiciels spécialisés

        Les logiciels de montage sont nombreux et variés, et à tous les prix. Certaines sociétés proposent une version grand-public de leur logiciel professionnel, d'autres proposent leur propre logiciel pour amateurs, et enfin, certains sont gratuits.

Nous allons parler de deux d'entre eux, et des adresses de sites figureront dans l'annuaire (voir Sites dans le menu principal).


Windows Live Movie Maker (gratuit)

        Pour en savoir plus, et télécharger ce logiciel : c'est ici !(external link)


Dans ce logiciel, faisant partie de la famille Windows Live, vous trouverez toutes les fonctions de base évoquées plus haut dans cette page. C'est un excellent premier outil, pour se familiariser avec cette activité.


Image : Windows Live Movie Maker
Windows Live Movie Maker


Voir un aperçu des possibilités de Movie Maker


Pas de vidéos disponibles ?

Si vous n'avez pas encore de vidéo disponible pour un premier montage, vous pouvez aussi utiliser des photos numériques à la place !
Elles seront transformées en petites séquences de 3 à 5 secondes.
De la sorte, vous pourrez vous initier au montage !
On peut aussi utiliser Movie Maker pour donner vie à des photos fixes, en faire un album vivant et agréable à regarder...


        Bien sûr, cet outil, bien que proposant les fonctions essentielles du montage vidéo, n'est pas totalement complet : il ne peut lire tous les types de fichiers vidéos, ne dispose que de quelques transitions et effets, mais il est recommandé aux novices en la matière. Il sera toujours temps ensuite, de passer à des outils plus complets, mais aussi plus complexes également !

AVS4YOU Video Editor (payant)

        AVS4You est une société qui propose pas moins de 20 (oui, vingt!) logiciels dans le domaine de la vidéo, de l'image, du son et des outils système.
Moyennant un paiement unique de 59 $ U.S. (environ 40 €), vous avez accès à tous ces logiciels, leurs mises à jour, pour une durée illimitée.
On installe seulement ceux dont nous avons besoin, à tout moment, on peut télécharger et installer les autres.










Transfert des images sur l'ordinateur

Par logiciel

        La plupart des logiciels de montage peuvent accéder directement aux vidéos de nos appareils de prises de vue, dès qu'ils sont connectés à notre ordinateur via un câble USB. Il faut cependant, quelquefois, avoir précédemment installé un driver spécifique à l'appareil (caméscope, appareil photo...) sur l'ordinateur.

Directement (DVD, cartes mémoires)

        Comme pour les appareils photo, il est également possible de travailler directement avec le support mémoire de l'appareil vidéo (à condition que celui-ci soit amovible bien sûr). Ainsi, vous pourrez lire directement sur votre ordinateur, les cartes mémoires, les DVD... que vous aurez retirés de l'appareil.

Par contre, n'écrivez pas sur ces supports depuis l'ordinateur, car ensuite vous risquez de ne pas pouvoir relire sur votre appareil vidéo...

Récupérer des anciens films

        Vous avez des "vieux" films ? Vous aimeriez les transformer en vidéo numérique ?

C'est tout à fait possible, c'est une question, hélas, de... budget !


Formats 8 à 16mm

        Pour ce qui est des films 8mm, Super 8, 9,5mm ou encore 16mm, la meilleure solution, de loin est de recourir à un professionnel. En effet, filmer avec un caméscope numérique, une image projetée par un vieux projecteur donne des résultats décevants. Déjà parce que cela engendre un scintillement de l'image induit par la différence de cadence de prise de vues. Ensuite parce que la netteté n'est en général pas au rendez-vous. Enfin parce que nos vieilles pellicules sont en général très sales, très souvent rayées...


Les professionnels disposent aujourd'hui de machines extraordinaires, qui scannent chaque image de nos anciennes pellicules. Auparavant, ils ont nettoyé les bobines. Ils peuvent corriger les défauts de couleurs, gommer certains défauts. Pour du format 8mm, on récupère du format HD 720 ; au delà, c'est du format HD 1080. Et oui, nos anciennes pellicules avaient une très grande qualité d'image !


        A qui s'adresser ? Faites une recherche avec "transfert de film 8mm" : les offres ne manquent pas !


A vous de voir ensuite si vous voulez récupérer une simple vidéo ou un film déjà monté, livré sur DVD.

Bandes VHS

        Pour ce qui est des bandes VHS, il peut-être envisageable de faire soi-même le transfert.

Pour cela, il faut disposer :
  1. d'un magnétoscope de salon, de bonne qualité, dont il faudra nettoyer les têtes avant chaque nouvelle K7 VHS, d'autant plus s'il s'agit de vieilles bandes !
  2. d'un boitier intermédiaire permettant de raccorder le magnétoscope au PC, comme ceci : Convertisseur vidéo VHS en USB

  1. d'un logiciel de capture (ce peut être un logiciel vidéo comme Pinnacle Studio ou autre),
  2. et... de la patience !
Si vous ne vous sentez pas capable de mener à bien cette tâche... ayez recours à un professionnel !

Rappelez-vous que les supports VHS ont une durée de vie bien plus courte encore que nos anciennes pellicules !

Les souvenirs de famille ont une valeur inestimable !

Nous sommes les premières générations à pouvoir laisser à nos descendants des images sonores de nos vies...

Conseils pour aborder l'activité vidéo


        Pour se lancer dans cette activité, il faut réunir plusieurs conditions :
  • disposer de temps
  • être patient(e) et organisé(e)
  • disposer d'une machine suffisamment rapide
  • disposer de place disque (un disque externe de 1 To sera rapidement le bienvenu)
  • être méthodique
        De plus, il ne faut pas oublier que les supports actuels (disque dur, DVD) ont une durée de vie limitée : il faudra donc par la suite penser à recopier périodiquement vos films sur des supports neufs, et toujours garder des copies !

Moyennant quoi, de bons moments à passer, émouvants, et la fierté aussi de montrer à ses proches et amis le travail fini !



1. Par vidéo analogique, on veut dire que les images sont enregistrées telles quelles, et en tant que telles, un peu comme elles l'étaient sur les pellicules de nos films 8mm, Super8, 9,5mm et 16mm.
Par opposition au numérique, l'analogique n’entraine aucune transformation de l'image de départ.
Sur les bandes VHS, l'homme ne peut lire les images directement, mais elles sont bien enregistrées sans transformation.
2. Par vidéo numérique, on veut dire que les images sont d'abord transformées en des suites de données numériques, avant d'être enregistrées.
Pour les relire, il faut la conversion inverse, reconstituer l'image depuis la suite de données numériques.
Il en va de même pour tout ce qui est son.
L'énorme avantage du numérique est que, même sur un support d'enregistrement de faible qualité, il n'y aura jamais de perte de qualité !
L'autre avantage est que l'on peut traiter directement par un ordinateur tout ce qui est sous forme numérique !

Retour en haut