Attention héritiers sans fonds : voici comment régler les droits de succession !

9 février 2024

Dans la sérénité de ma retraite, je me suis souvent penché sur des problématiques financières touchant les générations, notamment celle du paiement des droits de mutation par décès, une épreuve pouvant se révéler bien ardue pour de nombreux héritiers. Vous vous demandez peut-être quelles sont les options à disposition lorsque les héritiers sont confrontés à la délicate situation de ne pas pouvoir régler ces frais ? Eh bien, la loi offre des solutions que je prends plaisir à partager avec vous aujourd’hui.

Flexibilité accrue pour les délais de paiement des droits de succession

Vous avez hérité, mais l’euphorie est vite retombée face à la montagne administrative et surtout, ces fameux droits de succession à régler. Je me souviens d’une conversation avec un notaire lors d’une balade automnale, où nous discutions des dernières actualités législatives. D’après lui, et vous serez ravi de l’apprendre, de nouvelles mesures permettent aujourd’hui une certaine souplesse en matière de délais de paiement.

Auparavant, comptable public et héritiers partageaient un même délai de quatre mois pour, respectivement, approuver les demandes de crédit et constituer les garanties. Désormais, en écho à ces feuilles mortes qui laissaient place à un nouveau cycle, les délais ont été individualisés : deux mois pour l’administration pour statuer sur votre demande, puis quatre mois pour vous afin de rassembler les garanties nécessaires à l’octroi de ces facilités de paiement.

Lire aussi:  Est-il possible de retirer de l’argent de mon assurance-vie ?

Le type de garantie, souvent défavorable lorsqu’on hérite sans liquidités, peut être un nantissement d’assurance vie ou une inscription d’hypothèque sur un bien immobilier. Et si ces garanties s’avéraient insuffisantes ? Le comptable public est en droit de vous octroyer un nouveau délai de deux mois pour les renforcer.

Échelonnement et report de paiement : des bouées de sauvetage

Je discutais récemment avec un ancien collègue confronté à la gestion d’une succession. Il a bénéficié de ce qu’on appelle les « facilités de paiement », qui sont en réalité des bouées de sauvetage pour ceux qui se retrouvent à devoir payer sans avoir les moyens immédiats.

L’échelonnement, ou paiement fractionné, et le report de paiement sont deux options vous permettant de souffler un peu. Ces facilités de paiement vous aident à étaler la charge financière dans le temps si, par exemple, vos héritages se composent avant tout de biens matériels comme une maison ou une collection d’œuvres d’art, sans liquidités.

Pour les biens immobiliers, dont il est courant d’hériter seulement de la nue-propriété ou en usufruit, ces dispositifs sont particulièrement pertinents. Lorsqu’il s’agit de vendre les biens pour payer les droits, le report de paiement vous offre un sursis bienvenu. Je me souviens d’une voisine qui a dû vendre laborieusement une ancienne demeure de famille pour s’acquitter de telles charges. Heureusement, ces options étaient disponibles, et elles ont sincèrement allégé son fardeau.

Procédures pour l’obtention de facilités de paiement

Avouons-le, rares sont ceux qui s’enthousiasment à l’idée de plonger dans la paperasse administrative. Mais pas d’inquiétude ! La démarche à suivre, conçue pour être plus accessible, mérite que l’on s’y penche. Tout commence au pied de la déclaration de succession, où il convient de manifester votre demande de crédit de paiement fractionné ou différé, en proposant bonnement des garanties.

Lire aussi:  Services bancaires pour seniors : comprendre leurs besoins spécifiques

Dans le cadre d’une mise à jour législative notable, une plateforme en ligne verra le jour, simplifiant vos démarches de demande de crédit. Nous devrions pouvoir l’utiliser d’ici janvier 2027, une simplification administrative certainement bienvenue pour tous.

Pour les non-initiés, cela peut être intimidant, mais votre notaire sera précisément là pour vous guider. Il est votre chaperon dans ce parcours semé d’embûches administratives. Ainsi, en tandem avec ces professionnels, vous serez à même de présenter une offre de garanties solide et rassurante pour le Trésor Public.

Des perspectives financières adoucies en cas de succession difficile

Toute succession peut révéler des surprises, parfois délicates à gérer. Dans ces moments de doutes, il est essentiel de connaître ses droits et les solutions envisageables. C’est d’ailleurs au cœur d’une telle situation que je pris conscience de l’importance de bien estimer les biens faisant partie de l’héritage, comme la valeur d’une voiture, afin d’envisager la succession avec plus de sérénité.

Et si vous songez à un acte altruiste tel qu’un legs à une association, une démarche qui peut aussi influencer les droits de mutation, je vous conseille vivement de vous informer sur la meilleure façon de le concrétiser en cliquant ici.

Je termine en vous rappelant chaleureusement que ces informations ne remplaceront jamais les conseils personnalisés d’un professionnel. Qu’il s’agisse de l’évaluation d’un héritage ou de la marche à suivre pour un legs, supportez-vous de l’expérience et des connaissances d’un notaire.


Je m'appelle Daniel et je vous souhaite la bienvenue sur Ordi-senior. Je publie régulièrement des articles sur la partie finance et voyage du site : Mes deux grandes passions ! À bientôt.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *