Le bon dog-sitter – Ce qu’il faut rechercher dans la garde de chiens

15 mars 2022

Quelle que soit la qualité de votre organisation quotidienne avec votre chien : Parfois, vous devez quand même faire appel à une aide pour la garde de votre chien.

En tant que propriétaire de chien, vous êtes alors confronté à la question de savoir qui doit s’occuper de votre cher compagnon à quatre pattes : La gentille voisine d’à côté ou un promeneur de chiens professionnel ?

UN PROFESSIONNEL OU UN PARTICULIER POUR GARDER LES CHIENS ?

Si vous cherchez un dog-sitter, vous avez le choix entre un professionnel rémunéré et un ami, un voisin ou un membre de la famille non rémunéré. Si l’on souhaite engager un dog sitter professionnel, il existe différentes options en fonction des besoins : Les hôtels pour chiens et les pensions canines sont particulièrement appréciés pour les séjours de longue durée, par exemple lorsque vous êtes en vacances sans votre chien. Le mieux est de vous rendre sur place pour vous faire une idée de l’hôtel pour chiens que vous souhaitez.

Les garderies pour chiens sont des concepts relativement nouveaux, que l’on trouve principalement à proximité des grandes villes. Comme dans une crèche, vous pouvez y déposer votre chien pendant la journée et le récupérer le soir, ce qui est particulièrement intéressant pour les personnes qui travaillent.

Il s’agit généralement d’un grand terrain avec des abris et des niches où les chiens peuvent courir et jouer librement. Dans ce type d’élevage en groupe de type meute, votre chien peut entrer en contact avec d’autres chiens, mais il est très important qu’il soit sociable. Les chiens répertoriés (souvent appelés chiens d’attaque) peuvent ne pas être acceptés dans ce type d’établissement.

Par contre, le terme « dog-sitter » désigne généralement une personne seule qui s’occupe d’un chien qui n’est pas le sien. Un dog-walker promène généralement le chien, mais d’autres dog-sitters proposent également de s’occuper du chien à la demi-journée ou à la journée, soit à leur domicile, soit au domicile du propriétaire du chien. Certains dog-sitters sont même prêts à emménager chez le propriétaire du chien pendant la durée des vacances, afin que le chien puisse rester dans son environnement habituel.

Lire aussi:  Un animal de compagnie, bon pour la santé des seniors

Mais il y a aussi de bonnes raisons d’engager des particuliers, comme des amis, des voisins ou des membres de la famille, pour garder le chien. Certains chiens s’habituent difficilement à de nouvelles personnes, et si le chien se sent bien chez les grands-parents ou la fille du voisin, rien n’empêche de le laisser là de temps en temps.

COMMENT RECONNAÎTRE UN BON DOG-SITTER PROFESSIONNEL ?

Si vous décidez de faire appel à un dog sitter professionnel, il y a plusieurs choses auxquelles vous devez faire attention :

Le dog-sitter est-il dans le métier depuis longtemps et a-t-il peut-être lui-même un chien ?
Un dog sitter sérieux ne verra généralement pas d’inconvénient à ce que vous regardiez par-dessus son épaule pendant son travail, par exemple en l’accompagnant lors d’une promenade. Si vous n’avez pas seulement besoin d’un dog-sitter pour promener votre chien, mais que vous souhaitez le laisser chez vous, visitez les lieux avant de vous y rendre.
Écoutez votre instinct et vérifiez si votre chien apprécie la garde.
Il n’existe pas de formation reconnue de dog-sitter ou de diplôme officiel de garde de chiens. Néanmoins, il est recommandé de vérifier les qualifications du dog-sitter. Par exemple, le dog sitter peut-il prouver qu’il a participé à des formations continues, des séminaires et des ateliers, voire qu’il a suivi une formation cynologique de maître-chien ou d’éducateur canin ?

DEVENIR SOI-MÊME DOG-SITTER – COMMENT ÇA MARCHE !

Chaque dog-sitter a besoin de trois choses : l’amour des chiens, l’expérience avec les chiens et une bonne dose d’empathie pour le chien et son propriétaire. Si ces conditions sont remplies, rien ne s’oppose en principe à ce que vous soyez un dog-sitter.

Cependant, il est important de savoir si vous souhaitez garder un chien en tant qu’ami ou si vous souhaitez être rémunéré pour ce service. En termes d’assurance, cela fait une grande différence. Dans les deux cas, il y a des choses à prendre en compte. Nous vous conseillons de consulter votre conseiller fiscal à ce sujet.

Le propriétaire du chien, le dog-sitter et le chien doivent se connaître et s’apprécier mutuellement. Il est important de clarifier à l’avance toutes les questions importantes : Quels aliments seront donnés et à quelle fréquence, quand le chien a-t-il l’habitude d’être promené, quels sont les ordres qu’il maîtrise, à quoi le dog-sitter doit-il faire attention en matière de soins et le chien a-t-il éventuellement besoin de médicaments ? Il est également conseillé de clarifier la procédure à suivre en cas d’urgence, par exemple si le chien tombe soudainement malade.

Lire aussi:  Reiki : l'énergie de vie universelle aussi pour les animaux

Malgré une préparation suffisante, il peut arriver que des problèmes surviennent lors du dog-sitting. Si le chien a un comportement territorial et ne veut pas laisser le dog-sitter entrer dans la maison, une friandise stratégiquement placée peut aider. En effet, une fois que l’on est sur le territoire, l’étranger est également accepté.

La nuit, il peut arriver que le chien, à moitié endormi, oublie que le dog-sitter a le droit d’être dans la maison. Dans ce cas, il est utile de parler au chien – la voix et l’odeur aident alors généralement le chien à se souvenir rapidement. En règle générale, il est conseillé de laisser l’endroit où le chien dort et mange tranquille et de ne pas le surprendre par des caresses soudaines pendant son sommeil ou son repas. Mais en tant que dog-sitter, il est tout aussi important de défendre systématiquement son territoire et d’imposer des règles claires afin de démontrer son pouvoir.

Lorsque vous vous promenez à l’extérieur, il y a également quelques règles à respecter. Même les chiens obéissants et bien éduqués sont parfois un peu durs d’oreille face aux étrangers. Une action cohérente et un renforcement positif permettent d’encourager les bons comportements.

Lorsque vous êtes à l’extérieur, il est préférable de ne tenir votre chien qu’en laisse – dans de nombreux endroits, il est de toute façon obligatoire de le tenir en laisse. Les chiens conduits par des étrangers ont tendance à s’échapper. Au début, ne jouez et ne vous amusez avec votre chien que dans un jardin clôturé ou dans votre appartement.

MIEUX VAUT NE PAS PRENDRE DE RISQUES : LA BONNE ASSURANCE POUR LE DOG-SITTING


Les incidents avec votre animal de compagnie peuvent vite coûter cher : Si le chien mord, par exemple, ou provoque un accident de la route, les frais de médicaments, de thérapie, de perte de revenus et d’indemnités peuvent s’ajouter aux frais médicaux ou d’hospitalisation. L’assurance nécessaire dépend principalement du fait que le dog-sitter soit un professionnel ou un particulier.

Garde de chien en tant que particulier

Si vous gardez un chien en tant qu’ami, vous êtes normalement couvert par l’assurance responsabilité civile du propriétaire du chien (assurance responsabilité civile du propriétaire d’animaux). Toutefois, il vaut la peine de lire attentivement les petits caractères de la police d’assurance et de s’assurer que l’assurance rembourse effectivement les dommages de ce type survenus pendant la garde temporaire par d’autres personnes.

Lire aussi:  Tuto : Fabriquer un arbre à chat géant

Si le propriétaire du chien n’a pas d’assurance responsabilité civile pour chien, c’est normalement l’assurance responsabilité civile privée du dog-sitter qui paie – mais là encore, il est recommandé d’étudier attentivement la police et de vérifier si la garde de chiens de tiers est effectivement couverte.

En outre, l’assurance responsabilité civile privée du dog-sitter ne couvre que les dommages causés à des tiers et non, par exemple, si le chien mord le dog-sitter lui-même. Dans ce cas, c’est l’assurance responsabilité civile (RC) du propriétaire du chien qui intervient – s’il n’en a pas, le propriétaire du chien doit payer lui-même les dommages, car contrairement aux petits animaux comme les hamsters, les cochons d’Inde, les lapins et les oiseaux, les chiens ne sont pas couverts par l’assurance RC privée du propriétaire du chien. En revanche, si le chien lui-même subit des dommages pendant la garde, c’est l’assurance responsabilité civile privée du dog-sitter qui intervient.

Le dog-sitting en tant que professionnel

En revanche, les règles sont différentes pour ceux qui font payer le service de garde de chien. En effet, les promeneurs de chiens rémunérés ne sont pas couverts par l’assurance responsabilité civile du propriétaire du chien et l’assurance responsabilité civile privée du promeneur de chien ne s’applique pas non plus dans ce cas. C’est pourquoi ces personnes ont besoin d’une assurance responsabilité civile d’entreprise ou d’une assurance responsabilité civile professionnelle, par exemple sous la forme d’une assurance responsabilité civile spécifique pour les promeneurs de chiens.

Comme ces assurances sont coûteuses, certains dog sitters essaient de s’en sortir en insérant des clauses d’exclusion de responsabilité dans le contrat de garde. Une exclusion totale de la responsabilité est toutefois illégale. Il est toutefois possible de limiter la responsabilité du dog sitter à la faute intentionnelle et à la négligence grave.

Les dog sitters qui se rendent au domicile du propriétaire du chien doivent tenir compte d’une particularité : Si vous devez garder la clé de la porte d’entrée de l’appartement, il est conseillé de souscrire une assurance responsabilité civile professionnelle qui inclut une assurance dommages aux clés.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.